murdefeu_retablissement-dependances-drogues_travail-des-etapes-de-narcotiques-anonymes

Septième étape (1/5)

Préparation au travail de la septième étape

Nous avons déjà effectué une grande part de la préparation spirituelle nécessaire pour aborder la septième étape. Il est important que nous fassions la liaison entre le travail que nous avons produit et les résultats qu’il a donné.

Les étapes précédentes ont toutes servi à semer les graines de l’humilité dans notre esprit. Au cours de cette étape, ces graines prennent racine et poussent. Beaucoup d’entre nous ont du mal avec l’humilité, et, bien que ce problème ait été abordé à la sixième étape, il mérite encore notre attention à la septième étape. Nous avons besoin de comprendre ce que représente l’humilité pour nous, et de quelle manière sa présence se révèle dans notre vie.

Nous ne devons pas confondre humilité et humiliation. Lorsque nous sommes humiliés, nous sommes honteux, nous nous sentons méprisables. L’humilité est complétement l’inverse de ce sentiment. En travaillant les étapes, nous nous sommes débarrassés de la carapace de déni, d’égoïsme et d’égocentrisme qui nous recouvrait. Nous avons commencé également à construire une image un peu plus positive de nous-mêmes et avons mis en pratique des principes spirituels. Auparavant, nous n’avions aucune possibilité de percevoir nos atouts, car la partie saine et bonne de nous-mêmes se cachait derrière notre maladie. Mais à présent nous en sommes capables. C’est cela l’humilité. Quelques exemples montrant comment l’humilité nous est révélée peuvent nous aider à comprendre ce concept.

Nous sommes entrés en rétablissement avec des idées bien arrêtées. Depuis, tout ce en quoi nous croyions auparavant a été remis en question. De nouvelles idées ont surgi. Par exemple, quand nous pensions avoir le contrôle, le simple fait d’être venu à NA et d’avoir admis notre impuissance a été probablement suffisant pour changer notre vision des choses. La maladie avait rendus incapables d’apprendre ce que la vie nous enseignait sur le pouvoir de contrôle que détient chaque être humain. Grâce à l’abstinence et au travail des cinq premières étapes, nous avons beaucoup appris sur la vie.

Nous sommes parfois arrivés à NA avec une certaine mentalité “de rue”. La seule manière que nous connaissions alors, pour obtenir ce que nous désirions, était de biaiser ou de manipuler les gens. Nous ne nous rendions pas compte qu’il était possible d’être simplement francs, pourtant nous avions, comme les autres, autant de chance, sinon plus, de voir se réaliser nos désirs. Nous avions mis tant d’années à rendre inexpressif notre visage, à cacher notre compassion et à nous endurcir qu’au moment de notre arrivée à NA, nous étions devenus si forts en ce domaine, tellement forts, en effet, que nous étions probablement pris en exemple par les nouveaux, de la même manière qu’au tout début de notre consommation, nous prenions exemple sur les anciens. Nous avions cherché à supprimer en nous toute trace d’humanité et nous étions, dans bien des cas, devenus complètement inhumains.

Quitter l’arène dans laquelle de tels jeux se pratiquaient nous a permis de penser autrement. Nous avons appris qu’il était normal d’avoir des émotions et de les laisser voir. Nous avons découvert que les règles de la rue n’avaient de sens que dans la rue et que, dans la vraie vie, elles n’avaient aucun sens et étaient souvent dangereuses. Nous sommes devenus plus doux et plus vulnérables. Nous n’avons plus confondu bienveillance et faiblesse.

Transformer ces comportements a un effet spectaculaire. Très souvent, cela entraîne même des changements d’apparence physique : sourcils et mâchoires noués se détendent en sourires, les larmes coulent librement, mettant à nu notre esprit sur le point de fondre.

Parfois encore, nous sommes arrivés à NA avec la conviction d’être victimes de la malchance, de circonstances défavorables et de conspirations manigancées pour contrarier nos bonnes intentions. Nous étions persuadés d’être des gens bien, mais profondément incompris. Nous justifiions tout le mal que nous causions comme étant de l’auto-défense et ce , bien entendu, dans la mesure où nous étions capable de nous rendre compte du mal que nous faisions. Un sentiment d’apitoiement sur soi allait de pair avec cette attitude. Nous nous complaisions dans notre souffrance, car nous savions secrètement que son seul avantage était un bon prétexte pour ne jamais avoir à regarder notre part de responsabilité.

C’est à cela que les six premières étapes nous ont menés : considérer notre part de responsabilité dans ce qui arrive. Auparavant, nous pensions que certaines situations se produisaient fortuitement ; à présent, nous découvrons en réalité dans quelle mesure nous en sommes les artisans. Nous prenons conscience de toutes les occasions que nous avons laissé passer. Nous cessons d’accuser les autres de ce qui nous arrive dans la vie. Nous commençons à comprendre où nos choix de vie nous ont menés.

L’humilité est la mesure de notre propre humanité. Si nous sommes en train de faire notre première septième étape, nous ressentons peut-être, pour la première fois, de la compassion envers nous-mêmes. Il est profondément émouvant de s’apercevoir que nous ne sommes que des êtres humains qui essaient de faire de leur mieux. Nous prenons des décisions, bonnes et mauvaises, et espérons qu’elles conviendront. A la lumière de ce que nous connaissons de nous, nous nous rendons compte que, comme les autres, nous essayons de faire de notre mieux. Nous ressentons un véritable contact avec eux, sachant que nous sommes tous soumis aux mêmes sentiments de malaise et de faiblesse et que tous, nous faisons des rêves pour l’avenir.

A présent, il est temps de prendre conscience de notre propre humilité et d’examiner la manière dont elle se manifeste dans notre vie quotidienne.

Extrait de l’ouvrage de Narcotiques Anonymes,
Guides de travail des étapes de Narcotiques Anonymes,
édition 2002, p. 73. à p.75.

Quelles attitudes ai-je modifiées depuis que je suis en rétablissement ? Quelle part d’orgueil s’est dégonflée, et quelle part saine en moi s’est ainsi révélée ?

Réponse à venir…

Quel impact l’humilité a-t-elle sur mon rétablissement ?

Réponse à venir…

Que m’apporte le fait d’avoir conscience de mon humilité dans le travail de cette étape ?

Réponse à venir…

Notre travail des étapes précédentes nous a permis de développer notre relation avec un Dieu tel que nous le concevons. Ce travail sera récompensé substantiellement lorsque nous avancerons dans la septième étape. Dans la deuxième étape nous, pour la première fois, envisagé qu’une puissance supérieure pourrait nous permettre de nous rétablir de la dépendance. A partir de ce moment nous avons poursuivi avec la troisième étape, en décidant de confier notre volonté et notre vie aux soins de notre puissance supérieure. Nous avons eu recours à cette puissance à de nombreuses reprises pour franchir la quatrième étape, et ensuite, dans la cinquième étape, nous avons partagé avec cette puissance les plus intimes détails de notre vie. Dans la sixième étape, nous avons découvert que Dieu tel que nous le concevons pouvait faire davantage pour nous que nous garder abstinents.

De quelle façon ma conception d’une puissance supérieure a-t-elle évolué dans les étapes précédentes ? De quelle façon ma relation avec cette puissance s’est-elle développée ?

Réponse à venir…

Dans quelle mesure mon travail des étapes précédentes m’a-t-il préparé à travailler la septième étape ?

Réponse à venir…


PAGE PRÉCÉDENTE
Etape 7 – Chapitre 0
Introduction

RETOUR
Sommaire
12 Étapes

PAGE SUIVANTE
Etape 7 – Chapitre 2
Enlever nos déficiences : la demande

YouTube
YouTube