murdefeu_retablissement-dependances-drogues_narcotiques-anonymes

1.2 L’histoire de l’association Narcotiques Anonymes

Naissance et développement aux États-Unis et dans le monde

À la suite de la rencontre de Bill et Bob, deux personnes que les médecins jugeaient irrémédiablement condamnées, le mouvement des Alcooliques Anonymes est né en 1935, aux États-Unis. Ils constatèrent qu’en se réunissant régulièrement et en partageant leur expérience le plus honnêtement possible, ils acquéraient la force et la foi leur permettant de demeurer abstinents. Des réunions se multiplièrent alors sur ce modèle partout dans le monde. En 1953, Narcotiques Anonymes fut créé à la demande de certains membres des Alcooliques Anonymes ayant aussi des problèmes majeurs avec la drogue : ils ne parvenaient plus à s’identifier aux alcooliques, principalement en raison de la différence de profils qui rendait difficile le principe d’identification, une des bases du rétablissement. Les premières réunions NA se sont tenues dans des institutions fédérales, notamment des hôpitaux et des prisons comme Lexington au Kentucky et Fort Worth au Texas. Assez rapidement, le nombre de réunions s’est développé dans tout le pays. En 1978, il existe 200 réunions par semaine et Narcotiques Anonymes arrive alors en Europe. Les premières réunions ont lieu en Irlande et en Allemagne, puis en Angleterre en 1980. En 1983, 2 966 réunions se tiennent chaque semaine dans le monde. En 1986, la première convention mondiale a lieu en Europe, à Londres, où se réunissent plus de 2 000 dépendants. Narcotiques Anonymes continue de s’étendre dans le monde, jusqu’à atteindre plus de 63 000 réunions par semaine en 2015. Aujourd’hui encore, déjà présent dans plus de 130 pays, Narcotiques Anonymes ne cesse de se développer, principalement sur le continent africain, et dans les pays en voie de développement.

L’association Narcotiques Anonymes en France

En France, les groupes Narcotiques Anonymes voient le jour en 1983 à l’initiative de quelques anglo-saxons devenus abstinents et qui souhaitaient retrouver l’atmosphère d’entraide et de rétablissement des réunions qu’ils fréquentaient aux Etats-Unis. La première réunion en langue française a lieu à Paris dans un café près du quartier des Halles, le Mother Earth. L’année suivante, la première réunion en province est ouverte, à Nice. En 1988 a lieu la première convention européenne à Paris, où l’on compte désormais neuf réunions hebdomadaires, dont deux en anglais, ainsi que l’apparition d’événements, comme la fête du Nouvel An, et la mise en place du répondeur téléphonique, ancêtre de la « Helpline ». En 1990 est organisée la première convention française, et les premières structures de services européennes sont créées. En 1992 la première réunion en prison se tient à Bois d’Arcy. En 1995, Paris accueille sa première convention mondiale, à laquelle se rendent 3 200 dépendants. NA continue de grandir en France et, en 1998, 62 réunions par semaine sont programmées. Des comités se créent : téléphone, Internet, ainsi que des structures de service. En 2008, 80 réunions se tiennent à travers le pays. L’année suivante, le nombre atteint 95, tandis que NA France fête ses 25 ans. Aujourd’hui, régie par la loi de 1901, l’association compte plus de 150 réunions hebdomadaires réparties en France et dans les DOM-TOM, et auxquelles plus de 2 000 membres participent.

Extrait de la brochure,
Narcotiques Anonymes : ça marche !,
éditée par le comité Information et Relations publiques de Narcotiques Anonymes France en juillet 2016.
.
.

< PAGE PRÉCÉDENTE > < SOMMAIRE > < PAGE SUIVANTE >